LES INROCKS

Capsula - Santa Rosa

L'énigme Capsula revient avec un nouvel album hypnotique

Un tumultueux et passionnant brassage basco-argentin.

Un patronyme inspiré par le Space Oddity de David Bowie, un album produit par Tony Visconti, un autre en compagnie d’Ivan Julian des Voidoids de Richard Hell, une inspiration protéiforme et rugueuse : Capsula est une remarquable énigme. Argentins d’origine, stationnés depuis plus de dix ans à Bilbao, Martin Guevara (guitare/chant) et Coni Duchess (basse/chant) – épaulés par Iñaki Guantxe à la batterie – pourraient s’apparenter à des Thurston Moore et Kim Gordon des rivages brûlants.

Toutes les vagues furieuses se sont frottées à leur dizaine d’albums sans qu’aucune ne prenne l’ascendant. Glam-punk ? Noisy-garage ? Pas une étiquette ne leur sied vraiment. Et il ne faut guère compter sur le présent Santa Rosa (nom d’une tempête sud-américaine de triste mémoire) pour les voir enfin domptés. Si les boucles hypnotiques des Stooges affleurent, elles ne sont que les charpentes d’un melting-pot tantôt heavy, parfois bruitiste, cohérent toujours. En une sorte de marelle supersonique, le trio nous catapulte vers un ciel chargé d’électricité orageuse et d’énergie contagieuse. Ses Dirty Rat, Moving Mutant ou Dali’s Face nous laissent à la fois groggy et galvanisés, rassurés aussi par cette résurgence tangible des distorsions volcaniques.

 

LINK http://www.lesinrocks.com/musique/critique-album/capsula-santa-rosa/

Coni Duchess